Ibo – Ici et maintenant

Parce que c’est maintenant qu’il faut le dire.

Pique-nique à l’ancienne

Posted by Ibo sur 24 juin 2009

Partout, sur toutes les ondes, on entend débattre de tout et de rien.

Débattre de choses aussi inutiles que le remaniement ministériel en France ou des combats pour la liberté (en Iran par exemple – totalement oublié par Sarkozy Ier – aka Nicolas le Petit – à Versailles).

Dans ce grand écart spectral des thèmes potentiels à débattre, je vous en propose un tout à fait futile, mais fondamentalement hédoniste.

Le choix du lieu de pique-nique.

Prairie, près d'Oppédette (Alpes de Haute Provence)

Prairie, près d'Oppédette (Alpes de Haute Provence)

Vous vous rappelez ?

Cette époque où tout petit vous vous engueuliez avec votre grand frère ou votre grande soeur pour savoir qui doit s’asseoir au milieu de la banquette arrière de la CX.

Cette époque où on roulez toutes vitres baissées avec la main dehors – au risque de se la faire couper par une 2 CV qui passerait au ras sur la voie en face de la N7 ou de la N113 [la clim’ a tout simplement gommé de notre mémoire tactile la poésie de la caresse du vent dans les paupières].

Cette époque (bénie) où on sautait de joie à la perspective d’un poulet-chips dans un champ (forcément immense quand on ne mesure que 1m20) de coquelicots.

Coquelicots, près de Rustrel (Monts de Vaucluse)

Coquelicots, près de Rustrel (Monts de Vaucluse)

Et bien voilà, après une longue réflexion personnelle, ce sujet là – le choix du lieu de pique-nique – ne pourra *jamais* faire l’objet d’un applet pour iPhone ou d’un jeu pour Wii. Tant mieux d’ailleurs.

Et de vous dire que le Luberon et ses environs [voir nos derniers spots pique-nique sur les photos ci-dessus] nous rappellent régulièrement en ce début d’été cet instant magique de la journée où, nappe [à carreaux] par terre, on commence à sortir avec tendresse un sympathique déjeuner improvisé dans l’herbe, entre ombre et lumière. A partager à deux auparavant, à trois désormais avec Lili [qui adore – forcément].

Et vous, il est où votre coin préféré pour pique-niquer ?

Take care.

Ibo

ps: Une bizzz particulière à notre amie Brig’ qu’on n’a pu saluer cette fois en Avignon, du fait d’un ‘agenda’ trop serré cette année (arrivée tardive, etc.).

Publicités

13 Réponses to “Pique-nique à l’ancienne”

  1. zezette said

    Tu sens le délicat parfum de l’herbe qui sèche au soleil? Pique-niquer dans les foins avec du pain et un camembert, quel bonheur!!!

    • Ibo said

      Salut Zézette !
      Tu as raison ! Un élément essentiel du pique-nique est la qualité du pain acheté le matin même. Mais nous, c’est souvent un bon chèvre frais qu’on déguste. Le camembert, dans le Luberon, il fondrait à vue d’oeil dans le sac à dos… ;o)

  2. c’est épatant, grâce à toi, moi qui suis clouée dans ma ville par l’absence de chauffeur et voiture, je vois ce qui m’entoure (même d’un peu loin) et qu’est tout de même ben beau

    • Ibo said

      Le paradis sur terre est à 2 encablures. Dans le Luberon, tout simplement. Et son antichambre est à Avignon…

  3. el diablo said

    chez moi sur le tapis devant la télé
    GÉNIAL !!!

    • Ibo said

      Pique-nique version Bidochon: Zapper sur Travel Channel avec un jambon-beurre dans la main.

      Mouais… J’y réfléchis.

  4. sandgirl said

    Ah, ça tombe pile poil : en te lisant/t’écrivant en ce moment même !

    HasArt objectif ??

    Bon mais, et si tu me servais un peu de rouge pour accompagner mes tortiglionis, mm ??

    (En plus, apprécie : c’est une preuve supplémentaire allant dans le droit fil de ta note précédente…)

  5. laTartine said

    Dans un abri-bus dans lequel on arrive tout dégoulinant même la vache qui rit devient un mets de choix.
    Mais c’est quand même mieux au milieu des coquelicots.

    • Ibo said

      C’est vrai que je ne parle que des piques-niques positivement mémorables. Et moins de ceux qui sont tout autant mémorables mais dans d’autres circonstances: les douches tropicales en pleine randonnée… ;o)

  6. jmesuilessépoucélacravat said

    Beaucoup de souvenirs de piques-niques, mais étrangement pas quand j’étais enfant… mémoire sélective ou absence de pique-nique avec mes parents?

    Les plus fameux:

    – à Munich pour mon anniversaire, un soir de juin, dans l’Englischer Garten. Des bras de l’Isar traversent le parc et sont par endroits très étroits (moins d’un mètre de large). Nous étions installés au bord d’un de ces cours d’eau fort agréable pour mettre les bouteilles au frais

    – à Passau sur les bord de l’Ilz (qui se jette dans le Danube quelques mètres plus loin). Un midi en juillet abrité de la chaleur sous la nappe tendue entre deux buissons et rafraichis par une baignade dans l’Ilz.

    – à Paris, sur la pointe amont de l’île de la cité (de nombreuses fois). Il faut escalader les grilles du sqare fermé le soir, dont j’ai oublié le nom et descendre sur les bords de Seine. Nous nous sommes fait déloger quelques fois par la Police, mais de bons moments entre copains avec d’un côté le soleil couchant sur les ponts de Paris et de l’autre la musique des cours de Salsa en plein air sur le quai de la Tournelle…

  7. ossiane said

    Je confirme pour le lieu magique, j’en reviens tout juste;-)
    Belle petite note nostalgique pleine de vérité… bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :