Ibo – Ici et maintenant

Parce que c’est maintenant qu’il faut le dire.

Grand angle #1 – Rustrel

Posted by Ibo sur 25 août 2010

[Introduction : Aujourd’hui, publication de la première note d’une série intitulée « Grand angle » qui montrera chaque semaine mes plus beaux clichés panoramiques depuis un peu plus d’un an]

En ces temps de grand-n’importe-quoi (et pourtant, Dieu sait que je ne porte pas Benoît XVI en odeur de sainteté, mais , le père Minc, il pète les plombs…)…

En ces temps où ma vie professionnelle prend une dimension bien trop complexe…

En ces temps où l’urgence des choses devrait (pourtant) me recentrer sur le noyau familial…

Une envie pressante de dire les choses – hic et nunc – reprend inéluctablement le dessus.

Comme un besoin primal de crier.

Crier d’abord la beauté des choses.

Car cette dernière manque terriblement à nos vies.

Ah… les choses sont tellement moches autour de soi, dans les journaux, là bas dans ces pays lointains touchés par toute sorte de cataclysmes.

Tellement que me prend l’envie d’étaler, en très grand format, en très grand angle, tout ce que je pourrais trouver de plus beau.

Comme un antibiotique radical pour toutes celles et tous ceux qui seraient devenus résistants au virus du sublime.

Ouvrir grand les yeux et se persuader que le monde recèle encore de nombreux coins de paradis.

Suivez moi, je vous invite à ce voyage.

Tout ceci est devenu urgent car qui sait combien de temps il nous reste à profiter de nos proches, de nos enfants et de la beauté du monde.

Et de leur dire qu’on les aime – Lili ajouterait « qu’on les aime, tous, grand comme la montagne ».

Aujourd’hui: le Luberon et les Monts de Vaucluse pour entamer cette série. Forcément.

Près de Rustrel, dans le Luberon (Vaucluse)

Panorama à 180° près de Rustrel, dans le Luberon (Vaucluse)

Note: cliquer dessus pour voir en grand.

Take care.

Ibo

Guest speaker: Baudelaire

L’invitation au voyage

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

L’invitation au voyage

Publicités

6 Réponses to “Grand angle #1 – Rustrel”

  1. Yann said

    J’aime ! J’aime retrouve cette économie de mots, cette exubérance de sentiments. Je reconnais le portrait de l’homme qui s’en demande toujours plus, trop. Thanks ibo, i’ll be following you.

  2. jmesuiléssépoucélacravat said

    Merci pour cette pause et cette offre d’évasion… je suis du voyage…

  3. tes mots me touchent. Oui, le monde va mal, il y en a un peu trop qui deviennent fous, et qui pourraient nous rendre fous si nous prenons pas garde.
    Alors, trouver le beau où il est… tu as bien raison. Beau programme.
    Bises à tous les 4

  4. SiLuis said

    Merci.

  5. double je said

    belle invitation au voyage, je vais retrouver les ocres de Rustrel dès demain, si, si…
    Contente de te lire

  6. Ibo said

    Yann>> Ah cool, on se retrouve (enfin). Je vois que ça shoote toujours chez Spin Me Up. Ravi de te revoir dans les parages.
    Djamel>> N’oublie pas de retourner travailler après ta pause. Sinon, c’est ton chef qui va m’engueuler. ;o)
    Annie-Claude>> Programme (trop) ambitieux, je crois… Il y a tellement de choses moches, à en déprimer presque tous les jours.
    SiLuis>> De nada. Porte toi bien.
    Double Je>> Décidément, ce ne sont pas que les mots qui nous rapprochent. Le Luberon et son féérique colorado provençal également ?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :